Musée des automates à musique

La présente édition est conçue pour les navigateurs sans soutien CSS suffisant et s'adresse en priorité aux malvoyants. Tous les contenus peuvent également être visualisés à l'aide de navigateurs plus anciens. Pour une meilleure visualisation graphique, il est toutefois recommandé d'utiliser un navigateur plus moderne comme Mozilla 1,4 ou Internet Explorer 6.

Début sélection langue

Début secteur de contenu

Début navigateur

Fin navigateur



Mario Botta

Mario Botta naît en 1943 à Mendrisio. Après un apprentissage de dessinateur en bâtiment, il étudie l’architecture à Venise. Ses rencontres avec Le Corbusier et Louis I. Kahn le marquent beaucoup. En 1970, il fonde son propre bureau d’architecte à Lugano en même temps qu’il enseigne dans des Hautes écoles d’architecture comme l’EPF à Lausanne, la Yale School of Architecture et l’Accademia di Architettura à Mendrisio, dont il est l’un des cofondateurs.
Représentant de l’Ecole tessinoise, lauréat de nombreux prix, Botta a développé à travers les 300 bâtiments qu’il a construit un style personnel et rationnel au langage résolument sobre, privilégiant le dialogue entre ses bâtiments, le paysage et l’histoire du site.

Eglise à Mogno, Valle Maggia (CH), photo: Pino Musi
Musée Jean Tinguely à Bâle, photo: Pino Musi
Médiathèque de Villeurbanne, photo: Pino Musi

Mario Botta naît en 1943 à Mendrisio. Après un apprentissage de dessinateur en bâtiment dans le bureau d'architecte Carloni et Camenisch à Lugano, il fréquente le lycée d'art de Milan. Il étudie l'architecture à Venise avec Carlo Scarpa et Giuseppe Mazzariol et obtient son diplôme en 1969. Il effectue durant cette période un stage dans le bureau d'architecte du Corbusier à Paris et rencontre Louis I. Kahn. La rencontre avec ces deux importants représentants du "Brutalisme" le marque fortement.

En 1970, Mario Botta ouvre son propre bureau d'architecture à Lugano et construit des maisons familiales au Tessin. Il réalise ensuite divers projets dans le monde entier ; parmi les 300 bâtiments qu'il a signés, citons le Museum of Modern Art de San Francisco, la galerie Watari-um à Tokyo, la médiathèque de Villeurbanne, la cathédrale d'Evry, le musée Jean Tinguely à Bâle, la synagogue et le centre du patrimoine hébraïque Cymbalista à Tel Aviv, le Centre Dürrenmatt à Neuchâtel, les bâtiments administratifs Tata CS à New Delhi et à Hyderabad, l'église Santo Volto à Turin et le centre de "bien-être" d'Arosa.

Parallèlement, Botta enseigne dans le monde entier, entre autres à l'Ecole Polytechnique fédérale de Lausanne et à l'Accademia di Architettura de Mendrisio, qu'il a co-fondée. Il a reçu de nombreux prix internationaux, comme le Merit Award for Excellence in Design by the AIA pour le Museum of Modern Art de San Francisco, le prix 2005 de l'Académie d'architecture internationale de Sofia pour la tour Kyobo de Séoul et le European Union Prize for Cultural Heritage Europa Nostra pour la reconstruction du Teatro La Scala de Milan. Mario Botta contribue à enrichir la vaste littérature consacrée à son œuvre en étant auteur lui-même de nombreux articles et monographies sur l'architecture.

Musée d’art moderne de San Francisco, photo: Pino Musi
Galerie Watari-um à Tokyo, photo: Pino Musi
Réplique en bois de l’église de Francesco Borromini San Carlo alle Quattro Fontane sur le lac de Lugano, 1999-2003, photo: Pino Musi

Style

Mario Botta est un des représentants les plus importants de l'Ecole tessinoise. Dès la réalisation de sa première maison familiale à Stabio (1965-1967), il fait preuve d'un brutalisme rigoureux (le brutalisme est un style architectural qui utilise des formes géométriques pures, l'acier, le verre et avant tout du béton brut) sur le modèle du Corbusier. Botta développe dans ses constructions suivantes le vocabulaire géométrique qui lui est propre : des cubes stricts, des corps cylindriques basés sur un plan en forme de cercle, des petits et des grands oculi dans les murs (qu'il emprunte aux bâtiments réalisés par Kahn à Dacca), des ouvertures perçant de bas en haut le corps de bâtiment et des cages d'escalier rectangulaires. La forme générale reste toujours l'élément déterminant auquel se soumet chaque forme additionnelle particulière. Eclairage précis, venant principalement du haut, façades aménagée de sorte à jouer avec les différentes sources de lumière donnent, malgré la sévérité des formes, une impression d'élégance et de légèreté. Par ailleurs, Mario Botta cherche à dialoguer avec les éléments régionaux, tient compte de l'histoire et de la topographie de chaque lieu et utilise fréquemment des matériaux locaux.

Dans son travail de designer, Mario Botta travaille avec de fines montures en chrome, des sièges perforés en métal et des dossiers faits d'éléments cylindriques articulés.


Fin secteur de contenu

Mario Botta, photo: Rémy Steinegger
Mario Botta, photo: Rémy Steinegger

Informations complémentaires



Département fédéral de l'intérieur DFI - Bibliothèque nationale suisse BN
http://www.bundesmuseen.ch/cdn/00127/00203/index.html?lang=fr