Musée des automates à musique

La présente édition est conçue pour les navigateurs sans soutien CSS suffisant et s'adresse en priorité aux malvoyants. Tous les contenus peuvent également être visualisés à l'aide de navigateurs plus anciens. Pour une meilleure visualisation graphique, il est toutefois recommandé d'utiliser un navigateur plus moderne comme Mozilla 1,4 ou Internet Explorer 6.

Début sélection langue

Début secteur de contenu

Début navigateur

Fin navigateur



Expositions 2004

Gotthelf - Dürrenmatt, ou la morale en Emmental

A l'occasion du 150ème anniversaire de la mort de Jeremias Gotthelf, le Centre Dürrenmatt propose un face-à-face entre Friedrich Dürrenmatt et l'auteur de « l'Araignée noire ». Pour le vernissage, samedi 30 octobre à 17h00, Beat Sterchi, auteur, présentera sa création « Bitzius », un collage de textes de Gotthelf sur une musique de Jazz, interprétée par « No Square », ensemble lausannois.
L'exposition Gotthelf-Dürrenmatt, ou la morale en Emmental met en rapport Jeremias Gotthelf (1797-1854) qui vécut à Lützelflüh et Friedrich Dürrenmatt (1921-1990) né à Konolfingen. Ces deux auteurs furent profondément attachés à leur terre natale et à son paysage idyllique. Gotthelf écrivit de nombreux romans et nouvelles imprégnés par les traditions : un monde rural emplit de légendes, où la croyance protestante jouait un rôle de premier ordre. Quant à Dürrenmatt, fils de pasteur, ses réflexions sur la religion chrétienne transparaissent dans son œuvre, bien qu'il ait affirmé : « J'ai toujours douté de l'existence de Dieu. Au sens classique. Je le considère comme possible mais non comme certain. »
Inspirée du langage parlé et des rites de l'Emmental, l'œuvre de Gotthelf s'est inscrite dans la littérature  hors des frontières helvétiques tout comme celle de Dürrenmatt, dont la vision du monde est désormais universellement reconnue.
L'exposition, conçue par Beat Gugger et le Centre Dürrenmatt, met en relief des thèmes littéraires qui ont passionné les deux auteurs comme l'injustice, les rouages sous-jacents à ces paysages de cartes postales. Albert Bitzius alias Jeremias Gotthelf est l'hôte d'honneur du vernissage : en effet, Beat Sterchi, auteur Bernois, se produira avec sa création sur Gotthelf « Bitzius » à Neuchâtel. Il s'agit d'une lecture (en allemand) d'extraits de textes originaux de Jeremias Gotthelf, étoffée par des textes personnels de B. Sterchi. Il est accompagné par l'actrice Susi Wirth et par « No Square », un quartet de jazz lausannois connu dans le monde entier qui souligne ce programme avec un rythme de jazz unique. La mise en scène est réalisée par Adi Blum, accordéoniste et metteur en scène renommé Outre-Sarine. Beat Sterchi  a conçu « Bitzius » comme « un hommage à Gotthelf l'écrivain » et concentre son intérêt sur le langage particulier de Gotthelf qu'il ordonne selon des sonorités hiérarchisées.
Dans le cadre de cette exposition, E.Y. Meyer, écrivain établi à Berne lira jeudi 18 novembre à 19h30 des extraits de son roman sur Gotthelf, « Der Ritt ».

Cycle «Dürrenmatt en Europe de l'Est»

L'œuvre de Dürrenmatt en Bulgarie
Exposition: Le théâtre de Friedrich Dürrenmatt en Bulgarie
Affiches, livres, photographies et vidéo: 7.5. - 20.8.2004

Cette première manifestation consacrée à la Bulgarie s'inscrit dans un cycle que nous souhaitons développer dans le futur avec la Russie, la Tchéquie, la Pologne et la Hongrie.
Une première étape qui devrait nous permettre de mieux comprendre pourquoi le théâtre de F. Dürrenmatt, malgré les restrictions et les menaces du régime alors en place, a séduit les metteurs en scène bulgares qui se sont plongés dans cette oeuvre avec le souci de trouver dans ses textes des réponses à leurs interrogations.
Plusieurs personnalités s'exprimeront durant la journée de samedi: dramaturge, scientifiques, spécialistes de Dürrenmatt pour aboutir à une discussion et une synthèse.
Une exposition sur le Théâtre de Dürrenmatt en Bulgarie apporte à cette manifestation un volet visuel qui devrait donner la possibilité de sensibiliser un public plus large. Des affiches, des photographies, une vidéo réalisée à Sofia sur les séances de répétitions et la première de La Visite de la Vieille Dame, mise en scène en avril 2004 par le fameux dramaturge Léon Daniel qui en 1963 avait déjà dirigé la première de cette pièce dont les enjeux restent d'actualité: hypocrisie de la société, pouvoir de l'argent, lâcheté.


Fin secteur de contenu





Département fédéral de l'intérieur DFI - Bibliothèque nationale suisse BN
http://www.bundesmuseen.ch/cdn/00120/00133/00528/index.html?lang=fr